La panne chez Facebook a coûté 7,4 G$ à Mark Zuckerberg

 La panne chez Facebook a coûté 7,4 G$ à Mark Zuckerberg 
La panne chez Facebook et les révélations d’une lanceuse d’alerte ont fait reculer la fortune de Mark Zuckerberg­­­ de 5,9 milliards $ US (7,4 milliards $ CAN), lundi, selon Forbes. Du coup, l’homme d’affaires de 37 ans a glissé du cinquième au sixième rang dans le palmarès des gens les plus riches du monde.

L’avoir de Mark Zuckerberg était estimé, lundi en fin de journée, à 116,8 milliards $ US par le célèbre magazine. C’est Larry Ellison, cofondateur de la compagnie de logiciels Oracle Corporation, qui a grimpé devant le grand patron de Facebook, avec sa fortune chiffrée à 117,5 milliards $ US. 

La directrice générale du géant du web, Sheryl Sandberg, a également vu sa fortune, évaluée selon Forbes à 1,9 milliard $ US, perdre 22 millions $ US après les pannes survenues sur Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger et les accusations de la lanceuse d’alerte, Frances Haugen, relativement à une politique interne de l’organisation. 

Cette lanceuse d’alerte, ancienne employée chez Facebook, devrait témoigner devant le Congrès américain, mardi, pour affirmer que le réseau social choisit «le profit plutôt que la sûreté» de ses utilisateurs. 

Sur les marchés boursiers, le titre de la société a chuté de près de 5%, lundi, pour atteindre 326,23 $ US. Depuis septembre, il a perdu 15% de sa valeur. 

Bezos aussi 

Lundi, le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, a également vu sa fortune reculer. En fait, celui qui occupe le deuxième rang du classement des gens les plus riches du monde, avec ses 186,6 milliards $ US, a perdu 4,8 milliards $ US en l’espace de quelques heures, selon les calculs de Forbes. 

La panne chez Facebook, qui a touché des millions d’utilisateurs partout dans le monde, et la controverse ont ébranlé les piliers de la Bourse de New York.  

Lundi, l’indice Dow Jones a perdu 0,94%, le Nasdaq 2,14%, le S&P 500 1,30%. Neuf des onze secteurs du S&P ont fini dans le rouge, lestés par les secteurs de la communication (-2,11%) et des technologies de l’information (-2,36%). 

Source: Le journal de Montréal avec l’AFP